Le nouveau site internet de Com Chine

Ça y est, c’est chose faite! À l’occasion de la nouvelle année du Cochon (6 février) , signe de prospérité selon la tradition chinoise, Com Chine lance son nouveau site internet ! Plus design, plus moderne, notre site est désormais dédié entièrement à la formation.

Grâce à l’encouragement et au soutien de nos clients, nous avons décidé de prendre ce virage, en faisant le partage des savoirs notre cœur de métier.

Dans le monde d’aujourd’hui en pleine mutation, la Chine est en passe de devenir la première puissance économique. Elle bouscule les codes établis jusque là par le monde occidental, en imposant une “nouvelle” façon de voir et de faire des choses, venant pourtant d’une tradition millénaire. C’est justement la rencontre de ces deux mondes, ainsi que la confluence de ces deux cultures qui nous fascinent.

Nous avons pris de soins de muter notre ancien blog vers ce nouveau site, pour continuer à partager nos réflexions et à échanger avec vous.

Leçon d’arrogance

— D&G, accusé de racisme, a dû annuler son «Great Show» en Chine au dernier moment ce qui a coûté plusieurs millions d’euros à la marque de luxe.

Dolce & Gabbana sont présents en Chine depuis 2006, date de l’ouverture de leur première boutique à Hangzhou. Une cinquantaine d’autres magasins ont ensuite vu le jour sur le territoire chinois, en comptabilisant Hong Kong.

La marque de luxe italienne a prévu son «Great Show» à Shanghai pour plus de 300 vêtements, avec 1400 VIP invités et un budget colossal de plusieurs millions d’euros.

Seulement il y a quelques jours, tout a basculé … à commencer par une publicité maladroite de la marque dans laquelle une Chinoise se battait avec des baguettes pour manger une pizza italienne. «It is still way too big for you, isn’t it?», disait le voiceover.

Ayant trouvé le film de mauvais goût, une top model américaine d’origine asiatique Michaela Phuong Thanh a écrit à Stefano Gabbana via Instagram. Irrité, le créateur italien s’est lâché sur la Chine, qualifiée de «pays de merde» rempli d’«ignorant dirty smelling mafia». Cette conversation a été de suite rendu publique par Michaela sur le net. Là, c’était la catastrophe, juste la veille du «Great Show».

Les stars chinois invités au défilé ont tous boycotté le show. Sur WeWhat et les autres médias sociaux chinois, l’affaire devient vite virale. En quelques heures, plus d’un million de commentaires se sont rués vers le site officiel de Dolce Gabbana. Le show a dû être annulé au dernier moment. La marque va maintenant devoir faire face aux conséquences économiques de la polémique.

Crise de Dolce & Gabbana en Chine

Les États-Unis et la Chine échapperont-ils au piège de Thucydide ?

La guerre commerciale sino – américaine bénéficiera-t-elle la France?

Au printemps 2017, un livre paru aux États-Unis a fait beaucoup d’échos, et a particulièrement attiré l’attention de la Maison-Blanche. «Les États-Unis et la Chine échapperont-ils au piège de Thucydide», telle était l’interrogation posée par Graham Allison, éminent professeur de Harvard, en observant la montée en puissance de la Chine et les inquiétudes et méfiances vis-à-vis à ce nouvel adversaire par son pays.

L’expression fait référence à l’historien grec du IV siècle avant J.C. « C’est la montée en puissance d’Athènes et la peur qu’elle instilla à Sparte qui rendit la guerre inévitable », écrit Thucydide dans « La guerre du Péloponnèse ».

Dans son livre, Graham Allison explique, au regard de l’histoire, que lorsqu’une puissance émergente est venue contester une puissance établie, cette dernière lui a souvent fait la guerre sous la contrainte de la peur. Pour l’intellectuel américain, l’histoire regorge d’exemples en ce sens. Depuis la Renaissance, le piège de Thucydide s’est ainsi refermé à douze reprises, comme lors de la rivalité anglo-allemande au tournant du XXe siècle ou celle entre les rois de France ou des rois de France et Habsbourg au XVIe siècle. Seuls quatre passages d’une puissance à une autre ont échappé à un conflit armé.

Face à un Trump imprévisible qui veut «l’Américanisation» plutôt que la mondialisation, une guerre semble hélas inévitable …

How Amazon Innovates in China

quotation from China Internet Watch

Douglas Gurr, président de Amazon Chine depuis septembre 2014

Established in 2001 as a subsidiary in China, Amazon China once went through a nosediving period. By building and promoting cross-border shopping strategy, Amazon China has begun to make some initial success in 2015.

Amazon China’s total transaction during Black Friday increased by more than six times this year compared to 2014, and spends at Amazon overseas sites have been equivalent to the sum of the past 20 years counting only from January to October 2015 according to Amazon.

Mr. Douglas Gurr, who has been President of China Amazon.com Inc. since September 1, 2014, has been focusing on the business as a cross-border site as well as helping China’s brands gain global exposure summarized three reasons contributing to the fructified sales in 2015.

Small Ideas Hatching Big Business

Amazon had a well-established “reverse” mechanism or process at being innovative and creative. Faced with a new idea, they first answered two basic questions: What do consumers really need? Could Amazon develop a unique advantage from this business? Amazon picked out the most important ideas from thousands of new ideas and gradually improved.

This way of thinking helped select out some good ideas. AGS project of Amazon was born following the path. Based on worldwide suppliers and advanced cross-border logistics and distribution system, Amazon China provided consumers high-quality product selections and lower prices without suffering long delivery time, high shipping costs and fake goods.

Exploring China’s Innovative Products

Launchpad was a project providing a platform for excellent products and startups in China. The project could effectively help startups reach tens of millions of Amazon consumers worldwide and benefit consumers and innovators at last. Launchpad was operated during Black Friday shopping festival in 2014.

Own-branded Products Satisfying Chinese Demands

Fire tablet, which was recently released in China installing English-learning function to provide customized reading experience for different English levels of users, was a good trial at Amazon China. New Fire tablets with English-learning function was only marketed to China’s consumers.

The localization of innovations was solutions to the urgent needs of China’s consumers. Amazon has been striving to support suitable products for China’s market by deep insights into China’s consumers.

Un peu de robots, s’il vous plaît

Foxconn, le sous-traitant chinois, célèbre d’Apple a installé en 2014 dans ses usines en Chine un million de robots. Ces «Foxbots» ont pour utilité, dit Terry GOU, le PDG du groupe, d’« aider » les ouvriers et non les « remplacer » , pour répondre aux afflux des demandes en produisant 30 000 appareils d’Iphone 6 par robot par an.

Ce choix est sans doute la meilleure solution trouvée pour accroître la capacité de production avec un coût fixe bas. Ces machines sont autonomes, animées par un système d’exploitation intelligent développé par Google. Avec 20 000 dollars pièce à l’installation, équivalent d’environ 3 ans de salaires pour un ouvrier, sans compter les frais de gestion et les contributions sociales, ni les cantines ou encore les dortoirs, il est sûr que le RI d’un tel investissement vaut de l’or.

Fini donc les critiques de violation des droits de l’homme, des ouvriers qui se suicident, qui refusent de travailler plus de 12 heures par jour et qui réclament des augmentations de salaires. Ces 1 000 000 robots finiront bien par piquer quelques emplois des 1 300 000 ouvriers de Foxconn.

On a beau crier à l’alerte d’une réelle crise de l’emploi, ou encore se féliciter pour l’inaptitude des premiers « Foxbots » installés — la faute en incombant principalement à des processus de fabrication qui évoluent trop vite, cette tendance est désormais inévitable telle que les pompistes disparus.

Face à une population vieillissante, la Chine entend bien se préparer pour une nouvelle ère de révolution industrielle, celle de l’automatisme, de l’intelligence artificielle et de l’imprimerie à 3D.

La communauté chinoise de Lyon

(par Le Mag’ de l’association Nihao Lyon) Lire cet article sur  http://www.nihaolyon.com/fr/la-communaute-chinoise-de-lyon/

Qui sont les Chinois de Lyon ? Peut-on parler de communauté chinoise à Lyon ? Y a-t-il un quartier chinois à Lyon ? Qu’est-ce qui lie Lyon et les Chinois ?

Petit tour d’horizon dans lequel nous essayerons de ne pas faire trop de généralités, parler de « communauté chinoise », de « Chinois de Lyon » peut laisser entendre une certaine uniformisation pourtant bien loin de la réalité singulière de chacun…

Les prémices : l’université franco-chinoise de Lyon

En 1921 est créé la première université chinoise hors de Chine et c’est à Lyon qu’elle s’installe. C’est au fort Saint Irénée sur les hauteurs de Lyon près de Fourvière que l’université accueille ses premiers étudiants formés d’une élite issue des meilleurs établissements chinois pour y étudier les sciences, les beaux-arts, la médecine, les lettres, le commerce…

En tout l’université compte 473 inscrits de 1921 à 1946. L’idée est de fonctionner comme une école préparatoire donnant les bases linguistiques et culturelles aux étudiants afin de les préparer au mieux pour leurs études à l’université.

Un peu plus tôt, la première chaire universitaire de chinois en France ouvre à Lyon en 1913.

Le chinatown de Lyon

Les bouleversements historiques de la Chine du 20ème siècle ont été à l’origine de nombreux flux migratoires de la Chine vers l’Asie puis vers le monde entier. A Lyon dans les années 70 des cambodgiens, laotiens, vietnamiens viennent s’installent et c’est en 1977 que la première épicerie asiatique ouvre dans le quartier de la Guillotière dans le 7ème arrondissement.

Aujourd’hui parler d’un Chinatown à Lyon est un peu exagéré, mais dans un carré situé entre la rue de Marseille et la place Raspail on trouve les restaurants chinois, les supermarchés chinois et les boutiques de vêtements et objets asiatiques. Dans ces rues-là l’odeur qui émane des restaurants rappelle l’Asie, c’est une culture chinoise beaucoup plus mixte que l’on peut rencontrer. On entend parler vietnamien, chinois, français…. Dans les supermarchés on peut trouver des produits alimentaires typiquement chinois (des sauces, des légumes, des épices) mais aussi des pinceaux de calligraphie, des journaux, des auto-cuiseurs…

Pour autant la communauté chinoise n’est pas réellement installée dans le quartier de la Guillotière auquel elle préfère souvent les communes de l’est lyonnais : Vénissieux, Bron…

Le chinatown de Lyon devrait bientôt être délimité par un arche symbolisant les relations franco-chinoises à Lyon… Cet arche permettra aussi aux lyonnais d’identifier le chinatown qui reste encore relativement peu connu malgré l’organisation chaque année du défilé du nouvel an chinois avec la fameuse danse des lions.

 Les étudiants chinois de Lyon

Depuis les années 2000, les étudiants chinois sont de plus en nombreux à quitter la Chine pour compléter un cursus universitaire à l’étranger. Certains d’entre eux, entre 3000 et 5000 selon les sources, choisissent les universités lyonnaises : Lyon,1, Lyon 2, Lyon 3 et l’Université Catholique de Lyon. Un des cursus les plus plébiscités est le LEA Langue Etrangère Appliquée Anglais-chinois, au-delà duquel le projet professionnel de ces étudiants n’est pas toujours bien défini, l’idée première étant d’obtenir un Master en France pour trouver un travail correctement payé en Chine à leur retour.

Les étudiants chinois ont la réputation de beaucoup rester entre eux. Pour la plupart d’entre eux ils sont jeunes et c’est la première fois de leur vie qu’ils quittent la Chine et qu’ils voyagent si loin. Parfois ils ne rentrent en Chine qu’à la fin de leurs études et ne voient pas leur famille pendant plusieurs années. Il faut dire aussi que remis dans le contexte de l’éducation en Chine, ces étudiants sont souvent peu autonomes, ils ont grandi dans le giron des parents avec une très forte pression pour réussir leurs études. Enfant unique, les adultes de leur famille s’occupent de tout pour eux, puis entrés à l’université en Chine, ils vivent sur les campus, mangent à l’extérieur ou dans les cantines. Pas de job pour payer leurs études, généralement la famille s’endette pour financer. Alors arrivés en France le contraste et fort et ils ont besoin de temps pour améliorer leur niveau de français et s’adapter au style de vie français. Alors que les étudiants lyonnais aiment sortir, faire la fête, aller dans les bars, les étudiants chinois préfèrent dîner chez leurs amis chinois, faire du sport et faire des excursions.

Il semble que Lyon soit un choix de plus en plus apprécié par les étudiants chinois, le cadre de vie est agréable et le niveau de vie est moins élevé que Paris. Et bien sûr le sentiment d’insécurité y est moins fort qu’à Paris.

Et le buisness alors ?

La ville de Lyon est jumelée avec la ville de Canton, quant à la région Rhône-Alpes elle est jumelée avec la municipalité de Shanghai depuis 1986.

Le consulat de Chine a été inauguré à Lyon en 2007 notamment pour faire face à la demande de visas pour la Chine et pour accompagner les entreprises chinoises s’implantant dans le bassin rhônalpin.

La Bank of China a ouvert ses portes en plein cœur de Lyon en 2012, dans les anciens bureaux de….Pôle Emploi !

La Chine constitue 8% des investissements directs étrangers en Rhône-Alpes. 11 entreprises chinoises se sont installées parmi lesquelles Haier, bluestar silicone, Huawei… Les coopérations dans les domaines de la chimie et du biomédical sont les plus fortes, en raison du dynamisme du bassin Rhône-alpin dans ces domaines.

Les expatriés chinois restent peu visibles, en immersion dans le milieu de leur entreprise, ils sont pris en charge par leur entreprise pour leur installation.

Et les touristes ?

Qui n’a pas entendu parler de la vague déferlante de touristes chinois sur le monde ? Les visas sont bel et bien plus facile à obtenir pour les Chinois (pas trop tôt), le pouvoir d’achat a augmenté en Chine, les Chinois sont de plus en plus nombreux à vouloir découvrir le monde et la France reste une destination cotée malgré une réputation ternie par les problèmes d’insécurité et le manque de services adaptés à la clientèle chinoise dans les infrastructures touristiques (on relèvera prioritairement les difficultés liées aux transports et à la barrière de la langue, l’anglais n’étant le fort ni des Français ni des Chinois). Impossible d’obtenir les chiffres sur le nombre de touristes chinois visitant Lyon. Ce que l’on peut remarquer c’est que s’il est fréquent de croiser des groupes de touristes dans le vieux Lyon ou dans les grands magasins type Printemps ou Galeries, il est plus rare de croiser des touristes chinois dans les commerces de proximité et dans les coins les plus lyonnais de la ville.

Lyon a encore du pain sur la planche afin de se rendre attractive pour les jeunes touristes désireux de découvrir un visage frais et moderne de la France avec simplicité et commodité.

Néanmoins l’anniversaire des 50 ans des relations franco-chinoises et la visite du Président Xi Jinping à Lyon a permis de mettre un coup de projecteur sur la ville de Lyon et sur les relations entre Lyon et la Chine. En espérant que les Lyonnais se réveillent un peu et s’ouvrent davantage au monde chinois pour valoriser leur belle ville qui ne manque pas d’atouts pour des touristes chinois.

CCI de Lyon et Bank of China s’allient

( D’après Communiqué de Presse de la CCI de Lyon, par Thibaud Etienne)

Emmanuel Imberton et Jian Wang

Le 4 juin 2014, Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon et Jian Wang, directeur général du département PME/ETI de Bank of China Ltd ont signé un Memorandum of Understanding visant à favoriser les échanges entre les PME/ETI françaises et chinoises, et faciliter les investissements en France et en Chine.

Des relations économiques en progression

Les investisseurs chinois à l’international portent un intérêt croissant à la région lyonnaise : 11 entreprises chinoises y sont implantées aujourd’hui. Les entreprises lyonnaises sont également très intéressées par le marché chinois. Une cinquantaine d’entre elles y sont implantées sous forme de joint-venture, de bureau de représentation ou de filiale.

Avec un volume de 431 M€ en 2013, les exportations du Rhône vers la Chine ont augmenté de 6% depuis 2010 ; les secteurs les plus dynamiques étant l’industrie pharmaceutique, la chimie, les équipements électriques, les machines d’extraction, les matières plastiques et le vin.

Une coopération gagnant/gagnant

La CCI de Lyon accompagne chaque année quelque 1 600 entreprises dans leur développement à l’export et attire les investisseurs étrangers via l’Aderly*. Bank of China a notamment pour mission de faciliter les relations commerciales des entreprises chinoises et françaises, par des services financiers adaptés.

Afin de renforcer plus encore les relations économiques entre la région lyonnaise et la Chine, la CCI de Lyon et Bank of China ont signé le 4 juin un Memorandum of Understanding visant deux objectifs :

✦favoriser les relations économiques, les échanges technologiques et les collaborations en matière d’innovation entre les PME /ETI françaises et chinoises, soit au travers d’événements et programmes existants, soit en créant de nouvelles opportunités de mises en relation,

✦Faciliter les investissements en France et en Chine et les financements bilatéraux des entreprises.

Lancement du China Business Club

L’une des toutes premières concrétisations de cet engagement porte sur le lancement ce jeudi 5 juin du China Business Club par la CCI de Lyon, l’Aderly et l’ensemble des partenaires de la démarche ONLYLYON.

L’originalité de ce nouveau club est de rassembler des entreprises de la région lyonnaise exportatrices ou implantées en Chine ET des entreprises à capitaux chinois implantées en région lyonnaise. Elles se réuniront tous les 2 à 3 mois pour échanger sur les expériences et les opportunités du marché chinois et participeront de façon prioritaire aux visites de personnalités chinoises à Lyon, ainsi qu’aux déplacements officiels en Chine.

Une rentrée pleine de sagesse

Confucius en temps moderne

Depuis la rentrée, je suis entrée en contact avec le milieu passionnant de l’enseignement supérieur.

C’est un milieu en pleine évolution, lié non seulement à la mondialisation et aussi au progrès fondamental de l’informatique et de l’internet.

Pour être à la hauteur des attentes de mes élèves, j’ai passé un mois, 12 heures par jour, afin de mieux préparer les interventions, à me documenter, à m’informer, à apprendre…

Le Confucius nous a appris il y a plus de 2000 ans qu’il faut toujours avoir la soif d’apprendre dans sa vie. La sagesse ne peut être atteinte que par notre volonté de nous améliorer et de nous perfectionner.

Je me sens utile de pouvoir partager mes expériences et mon savoir avec les jeunes étudiants d’aujourd’hui; et de plus, j’avance dans la direction de la sagesse, c’est réjouissant.

Fête de DuanWu et “Zong Zi”

Chaque année depuis 2265 ans, la Chine célèbre la « fête de DUANWU », le 5ème jour du 5ème mois lunaire, connue aussi sous le nom de « fête des bateaux dragons ».

La légende remonte à l’an 278 avant JC : en pleine guerre des Royaumes Combattants, l’Etat de Qin prit celui de Chu. Quoique banni et en exil, Qu Yuan (屈原), poète renommé et citoyen de Chu, fut très affecté par la disparition de sa patrie. Le jour du DuanWu, il se jeta dans la rivière Miluo.

Zong Zi, gateau de riz traditionnel pour la fête de DuanWu en Chine

Les locaux qui lui portaient un immense respect, montèrent sur leurs barques pour tenter de sauver Qu Yuan. Quand ils le surent noyé, ils battirent l’eau de leurs rames, durant des jours, pour affoler les poissons et les empêcher de picorer sa chair. Puis dans le même souci, ils allèrent jusqu’à leur jeter du riz pour les détourner de la dépouille de leur héros.

Aujourd’hui, on emballe du riz collant dans des feuilles de bambou pour le faire ensuite cuire dans l’eau ou à la vapeur. C’est le Zong Zi. Parfumé par les feuille s de bambou, et souvent farci de fèves rouges, de dattes ou de la viande, le Zong Zi se mange sucré ou salé.

Compétition Dragon Boat en Chine

Dans les villes du sud de la Chine, la tradition se transforme en compétition des bateaux aux rames.  Les barques aux longues nefs et aux proues de dragon, se livrent à des joutes spectaculaires, propulsées par des rameurs, au son du tambour à bord.

Depuis 2010, cette fête antique donne lieu à 4 jours fériés en Chine.

Pomme vs. Cochons

image par BiaoGe ManHua (source weibo.com)

Pour ceux qui s’intéressent un peu à l’actualité chinoise, voilà deux sujets qui ont fait la une de tous les journaux du pays ces derniers temps.

La pomme (la marque Apple) et les cochons (morts hélas) ne relèvent pourtant pas que du problème sanitaire. Si les autorités ont préféré attaquer farouchement la pomme, ils ont choisi de fermer les yeux sur le scandale des 13000 cochons morts qui flottaient dans la rivière de HuangPu à côté de Shanghai. Le contraste d’attitude est tel que les chinois ont fini par se poser des questions sur l’authenticité de l’origine de ces crises. N’était-ce pas autant volontaire dans l’un cas comme dans l’autre? La différence, c’est que sans doute la pomme américaine est bien plus appétissante que la soupe de porc sortant du robinet?

Appétissant, tel est le marché chinois pour la marque à la pomme également. Ainsi après avoir tenu bon sous le bombardement des critiques médiatiques chinoises pendant presque 2 semaines, Apple a cédé en publiant sur son site Internet une lettre en chinois dans laquelle son patron Tim Cook présente des “excuses sincères pour les inquiétudes ou les malentendus suscités” par son entreprise chez ses clients.

Alors que les médias chinois se félicitent, les internautes du pays, quant à eux, ont vite trouvé une explication à cette excuse — elle a été publiée le 1er avril !

Du point de vue d’un communicateur professionnel, la crise d’Apple tout comme le scandale du cochon en Chine reflètent bien une défaillance de plus en plus visible de la machine propagandiste du gouvernement dans cette nouvelle ère Internet des réseaux sociaux.