Leçon d’arrogance

— D&G, accusé de racisme, a dû annuler son «Great Show» en Chine au dernier moment ce qui a coûté plusieurs millions d’euros à la marque de luxe.

Dolce & Gabbana sont présents en Chine depuis 2006, date de l’ouverture de leur première boutique à Hangzhou. Une cinquantaine d’autres magasins ont ensuite vu le jour sur le territoire chinois, en comptabilisant Hong Kong.

La marque de luxe italienne a prévu son «Great Show» à Shanghai pour plus de 300 vêtements, avec 1400 VIP invités et un budget colossal de plusieurs millions d’euros.

Seulement il y a quelques jours, tout a basculé … à commencer par une publicité maladroite de la marque dans laquelle une Chinoise se battait avec des baguettes pour manger une pizza italienne. «It is still way too big for you, isn’t it?», disait le voiceover.

Ayant trouvé le film de mauvais goût, une top model américaine d’origine asiatique Michaela Phuong Thanh a écrit à Stefano Gabbana via Instagram. Irrité, le créateur italien s’est lâché sur la Chine, qualifiée de «pays de merde» rempli d’«ignorant dirty smelling mafia». Cette conversation a été de suite rendu publique par Michaela sur le net. Là, c’était la catastrophe, juste la veille du «Great Show».

Les stars chinois invités au défilé ont tous boycotté le show. Sur WeWhat et les autres médias sociaux chinois, l’affaire devient vite virale. En quelques heures, plus d’un million de commentaires se sont rués vers le site officiel de Dolce Gabbana. Le show a dû être annulé au dernier moment. La marque va maintenant devoir faire face aux conséquences économiques de la polémique.

Crise de Dolce & Gabbana en Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





Tous les articles de notre blog

HuaWei dans la tourmente

Cette image en noir et blanc circule ces derniers jours sur les réseaux sociaux chinois. Il s’agit d’un communiqué de presse du groupe japonais Panasonic,

Lire la suite »