La lenteur réclamée par les Chinois

Caligraphie de Hélène Ho

慢(se prononce comme «me-un»): la lenteur. Tel est le mot choisi par les internautes chinois en souvenir de l’année 2012.

Un cri d’alerte, par ce constat de contraste : au moment où le monde entier admire l’émergence de la Chine et la rapidité de sa croissance, l’opinion publique chinoise remet la vitesse en question.

En effet, la vitesse n’est pas toujours synonyme de richesse ni de bien-être.

En juillet 2011, un accident de signalisation du TGV chinois mis en route depuis seulement trois mois fait quarante morts et de nombreux blessés ;

en juillet 2012, une pluie, si forte soit-elle, submerge tout Pékin en causant quarante morts ;

et en 2013, depuis plusieurs semaines, les Pékinois et d’autres habitants des grandes villes du nord du pays subissent le pire des pollutions connues de cette région;

on comprend ce cri d’alerte des Chinois.

Jusqu’où faut-il accepter les sacrifices d’une croissance à toute vitesse?

En réclamant la générosité de la lenteur, l’opinion chinoise ne met pas seulement en cause la quête aveugle de la vitesse, mais aussi un modèle de société qui, à ses yeux, ignore et les hommes et leur environnement.

À quoi sert une formation interculturelle?

«Ah, si je savais… !» C’est la phrase que j’entends le plus souvent en discutant de l’interculturel avec les gens.

Caricature par Luke McGarry «Business Week» 07juin2012 — sur le chapeau du jeune homme, est marqué en chinois «sot».

«Ah, si je savais qu’on disait oui pour dire non en Chine», m’a confié non sans amertume un entrepreneur récemment, «j’aurais gagné au moins 2 ans …».

«Si je savais que les Chinois ne travaillent pas pendant 15 jours à la fête de printemps, je n’aurais jamais planifié mon voyage en février…», a regretté une consultante.

Quant à un expatrié à Ningbo, ville secondaire non loin de Shanghai, il aurait souhaité faire suivre une formation interculturelle à son épouse avant leur départ, «Si je savais qu’elle aurait tant de mal à s’adapter là-bas!»

Et oui, il faut bien penser à toutes ces différences, ces difficultés, auxquelles nos expériences et nos éducations, même avancées, ne nous n’ont pas forcément préparé.

Même un directeur général d’un très grand groupe industriel, après avoir passé 6 ans en Chine, m’a étonné en me disant: «Ah, si je savais qu’en Chine, le secrétaire général du parti est plus important que le PDG dans une société (étatique) !»

East meets West

Jolie découverte faite ces jours-ci !

Les dessins de LIU Yang, illustratrice chinoise installée en Allemagne, reflètent vivement la différence entre ces deux mondes !

Jeux de mémoire “East meet West” par Liu Yang

Ils sont simples, explicites, pleins d’humour, et pourtant tellement vrais ! Dès la première vue, j’ai décidé de les adopter pour illustrer mes formations de la culture chinoise !

Inutiles de vous dire quelle couleur correspond à la Chine et à l’Allemagne, non?

A partager !